•  

     Réalité de face.

    La belle affaire. Comme une fable du XVIIème siècle que l'on ne cesse de rafraîchir jusqu’au  miracle  des tours de verre : on vient de tenter de me convaincre d'être pragmatique.

    Ah, la belle affaire.

    Ah.

    Être pragmatique, regarder les réalités en face. Faire le ménage en quelque sorte. Balayer devant sa porte. Il est temps de quitter la contestation tout azimut ; enfance ,ils m'ont dit. Ils m'ont dit que c'est chaque fois la même chose, que je suis pas comme les autres, que c'est tout juste si je fais pas mon intéressant à mon âge.

    Être pragmatique, c'est par exemple utiliser des signes =+. Et des moins aussi. C'est un peu faire un tableau, à gauche, le rentable, le solide, le sûr, et le plancher des vaches . A droite, le désir, le rêve, les gros mots. Et les phantasmes bien sûr ! Vous pensez !

    Moi, je rêve d'avoir le temps, de convaincre les cinglés dans ma rue de troquer leurs pit-bulls contre des chats, et de m'emprunter mes livres si vous voulez.

    Ah, la belle affaire. La belle affaire.

     

    Conversations des autres. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Septembre 2010 à 10:01

    cesse pas de rêver 3afak... même ces klebs traineurs de pit-bulls trouveraient la vie plus dure sans des gens qui rêvent.

    2
    Jamalus Profil de Jamalus
    Vendredi 17 Septembre 2010 à 12:18

     Merci Fdiwa d'être venue ici.

    3
    kb
    Vendredi 17 Septembre 2010 à 13:45

    pit-bulls contre chattes: voila un marché honorable :)))

     

    c'est bon de te relire glandu

     

    kb...au chant des anciens

    4
    Samedi 18 Septembre 2010 à 02:25

    kb, venant de toi c'est un honneur!, avoue que l'échange est judicieux?

    5
    Dimanche 19 Septembre 2010 à 15:07

    un jour, dans un jardin public et privé à la fois, alors que l'atmosphère retentissait d'une incomparable douceur de vivre et que j'en profitais en compagnie d'un ami, deux gaillards flanqués de trois pitbulls ont fait soudainement irruption dans mon champ de vision... c'était eux ou nous... ce furent eux !

    comme dirait patrick sébastien, surtout les enfants n'essayez pas de refaire la même chose. dominer éthologiquement trois pit bulls de combat relève d'une toute autre paire de manches que d'intimider deux post adolescents socialement marginaux, quand bien même ils auraient l'esprit dangereusement embrumé...

    bien entendu, il faudrait l'humanisme et le talent d'un raymond queneau ou d'un steinbeck pour raconter comme on leur doit, l'humanité imprescriptible des gros bras, souvent bien plus tendres que leurs chiens de combat...

    elle a bien raison fedwa ;-)

     

    6
    Dimanche 19 Septembre 2010 à 16:19

    Oui Salvatorali!!! Steinbeck, des Hommes et des Souris m'a marqué. Merci de partager cet instant furtif mais résolument porteur de mal vie!

    7
    fennane
    Mercredi 22 Septembre 2010 à 08:23

    je te retrouve glandu ton texte m'a fait du plaisir c'est bien toi raleur et poéte,mais les trous d'uc dont tu parles font légende et te boufferons  l'oxygéne un jour,ces hordes d'eclopés annoncent la fin de l'ere de l'homo sapiens,à qui  le tour mon pote?

    8
    Mercredi 22 Septembre 2010 à 15:32

    Alors vint Fennane!!! on se retrouve!!! Mon Oxygène? tiens j'y ajouterais de mes flatulences au détour d'un bon plat d'haricot moi  à ces couillons moralistes! raides verts et glabres qu'ils seront ces ignares!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter